Turbulence et mesure dans les zones de couches limites (sans affecter l'environnement)

De nos attentes concernant les temps de parcours et les économies de carburant aux niveaux de confort acceptables, en passant par notre perception de ce qui constitue ou non un niveau de bruit acceptable, nous avons beaucoup changé au cours des 100, voire 25 dernières années.

De nos attentes concernant les temps de parcours et les économies de carburant aux niveaux de confort acceptables, en passant par notre perception de ce qui constitue ou non un niveau de bruit acceptable, nous avons beaucoup changé au cours des 100, voire 25 dernières années. Et si l'aérodynamisme a longtemps été un facteur d'économie de carburant, nous nous déplaçons désormais si vite que le bruit aérodynamique est la principale préoccupation en matière de qualité sonore dans les voitures, les bus, les trains et les avions. En fait, le bruit rejoint l'efficacité comme influence principale dans la conception aérodynamique. Un rétroviseur latéral ou un élément d'aile mal conçu, par exemple, peut produire une quantité importante de bruit supplémentaire. Ces éléments sont désormais perçus comme des défauts majeurs et inacceptables, car les limites de bruit dans les aéroports deviennent plus strictes et la qualité sonore globale du véhicule et l'intelligibilité de la parole dans la cabine sont devenues des facteurs clés dans la conception du véhicule. L'avènement de nouvelles technologies peut entraîner des bruits qui passaient auparavant inaperçus, comme dans les véhicules électriques où le bruit masquant du moteur et de la transmission n'est plus présent. 

Pour rendre les véhicules plus silencieux et plus économes en carburant, il faut comprendre les turbulences et savoir comment obtenir des données de mesure précises. La turbulence est la principale source de génération de bruit lorsqu'il s'agit d'un écoulement à grande vitesse ou de grands corps. Si la turbulence est déjà présente dans l'écoulement, on parle de bruit d'interaction de la turbulence, mais la turbulence peut également être produite par un objet dans une couche limite différente et produire des niveaux de bruit élevés lorsque l'écoulement turbulent passe un bord. Même les bords d'un dispositif de mesure peuvent produire un bruit d'interaction dans la zone mesurée et doivent être réduits au minimum pour obtenir des données valides. Il est donc vital de minimiser le nombre et la taille de tout élément de bord supplémentaire introduit dans l'environnement de mesure pour obtenir les données les plus précises et les plus réalistes.

Dans le but d'acquérir des données précises et valides pour améliorer les données, la conception et la simulation, ce livre blanc traite des types d'écoulement aérodynamique autour d'un corps, de l'importance de la taille du diaphragme du capteur de mesure pour acquérir des données précises et de la nécessité de minimiser l'impact aéroacoustique du capteur dans la zone de mesure. Cet article abordera également l'utilité du montage non destructif des capteurs dans les structures à coût élevé et dans les zones où le forage pour le montage encastré n'est pas possible. Enfin, les données du microphone de surface ultra-mince et du microphone encastré seront comparées.

White Paper